Rechercher
  • Handisport Grand-Est

Deux joueurs du Sporting Cécifoot Schiltigheim en Équipe de France ! ⚽️😍

Un grand bravo à Benoit CHEVREAU, le gardien de l'équipe du Sporting Cécifoot Schiltigheim pour sa sélection mais également à Arona SOW, leur capitaine, pour sa toute première en Équipe de France !


Le Cécifoot ?

Du football à 5 contre 5 sur un terrain 40*20m, avec un ballon sonore et des masques occultants ! Découvrez ce sport d'opposition à destination des déficients visuels où l’objectif est de mettre un ballon sonore dans le but adverse en le faisant progresser à l’aide des pieds, tout en empêchant l’adversaire d’en faire autant.


Découvrez cette discipline à travers le reportage d'Adrien FUZELLIER, avec en action Arona ! ➡️ https://fb.watch/bP_nEDSewI/


Les deux joueurs du Sporting Cécifoot Schiltigheim sélectionnés en Equipe de France et leur entraineur nous racontent leur parcours 🤩🔝



Benoit CHEVREAU DE MONTLÉHU (gardien du Sporting Cécifoot Schiltigheim)

Raconte-nous ton histoire, comment es-tu arrivé gardien de l’équipe de cécifoot à Schiltigheim ?

"Je suis Benoit Chevreau de Montléhu, j'ai la trentaine, et je fais du football depuis que j'ai 5 ans, et au poste de gardiens depuis l'âge de 12 ans. Je suis arrivé dans le monde du cécifoot et à Schiltigheim grâce aux fondateurs de l'équipe de Cécifoot Julien Chaussec et Remi Garranger."


Pourquoi avoir choisi le monde du handisport ?

"J'étais curieux et j'avais envie de découvrir un nouvel environnement du monde du football. Par ailleurs, ma grand-mère maternelle accompagnait des non-voyants, et elle faisait partie d'une association."


Selon toi, quelles sont les valeurs du cécifoot ? Si tu as déjà fait partie d’une équipe de football valide, quelles sont les différences que tu as pu ressentir ?

"Je n'ai pas fait partie d'une équipe de france valide, mais j'ai fait des regroupements avec l'équipe de l'ile Maurice en catégorie jeunes.

Au niveau du cécifoot, malgré l’aspect « handicap », on retrouve les valeurs du football valide. A savoir le respect, la tolérance, le partage, l’esprit d’équipe, la discipline, la passion. Et d’une manière plus marquée, la solidarité et la fraternité. La différence par rapport au foot valide est que dans le cécifoot, il y a la dimension communication, écoute qui a une part importante dans le jeu, car c’est une source supplémentaire de prise d’informations pour les joueurs".


Comment ressens-tu cette sélection en équipe de France ?

"C'est une immense fierté, et une réelle opportunité de défendre les couleurs de la France".


Comment va se dérouler votre préparation ?

2 axes :

Sur le plan collectif : à travers des stages de 4 jours chaque mois avec le groupe France, plus des matchs amicaux, l'Euro et World Grand Prix en 2022, World Grand Prix en 2022 et la coupe du monde 2023.


Plan personnel : programme axé sur le développement physique/technique/mental/ athlétique.


Pour toi, que représente les Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024?

"Les jeux paralympiques sont un rêve pour moi, et de plus le fait que cela se déroule sur le sol français, devant notre public cela rajoute une dimension émotionnelle, avec le soutien des supporteurs."




Arona SOW (capitaine du Sporting Cécifoot Schiltigheim)

Raconte-nous ton parcours, comment es-tu devenu capitaine de l’équipe ?

"Je fais partie des membres fondateurs du club depuis 2015. A la base, je n'étais pas le capitaine, quand il est parti, le coach m'a demandé de prendre le poste. J'étais un peu hésitant car c'est une responsabilité, après j'ai essayé de le transformer en motivation depuis 2017".



Pourquoi avoir choisi ce sport ? Selon toi, quelles valeurs sont véhiculées ?

"J'ai déjà essayé le goalball mais vu qu'à la base j'aime le foot et que j'ai entendu parler du cécifoot, j'ai trouvé cela intéressant ! J'ai été initié en 2006, et je me dis que c'est vraiment mon sport, j'aime le football, j'ai toujours rêvé d'être joueur de foot classique, donc oui cela n'a pas pu être possible mais j'ai réussi dans le cécifoot. Je suis actuellement en Équipe de France donc c'est une belle revanche et une belle aventure qui s'offre à moi. Ce sport me procure de l'autonomie, cela me rassure, puisqu'une fois que j'ai appris à courir seul sur le terrain, à être réellement autonome dans la vie courante cela me donne confiance en moi. L'image que l'on veut faire passer, c'est une meilleure image du handicap, cela montre qu'une personne en situation de handicap peut pratiquer comme quelqu'un de valide. La plupart des gens sont étonnés quand je leur dis que je fais du cécifoot, ils n'y croient pas et il pensent que c'est impossible! Il faut se dépasser soi même !"


Comment ressens-tu cette sélection en équipe de France ?

"C'est une fierté, c'est le sommet du cécifoot français ! Une chance d'être convoqué, c'est du bonheur ! C'est également une responsabilité et une motivation, on se sent vraiment impliqué dans le projet de Paris 2024. Cela permet de redoubler d'efforts, c'est une Équipe de France, il y a de la concurrence, on peut dire qu'il y a que les meilleurs et parmi les meilleurs on va prendre encore les meilleurs, c'est la crème de la crème ! Cela fait plaisir et ça motive encore plus, c'est un bon début de rêve qui se réalise 🤩"



Comment va se dérouler votre préparation ? Quels sont vos prochains objectifs au sein de cette équipe de France ?

"Pour ma préparation, je suis à 4 entrainements par semaine, on va insister sur le physique et la technique. Avec l'Équipe de France, chaque mois on se retrouve 5 jours pour travailler ensemble. Pour l'instant la préparation se déroule comme ça, et au fur et à mesure on va intensifier les entrainements. A par les paralympiques, il y a la Coupe d'Europe en juin, puis le Grand Prix, la Coupe du Monde, c'est vraiment deux années pleines d'événements".



Pour toi, que représente les Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024?

"C'est chez nous, c'est très important, c'est une fierté et une chance pour nous car on ne sait pas quand cela va revenir ! Il faudra pleinement en profiter, en profiter aussi pour offrir plus de visibilité au handicap en France. Certes il y a des améliorations mais ce n'est pas encore totalement acquis ! Pour moi c'est une occasion de mettre davantage en valeur le handicap, ce n'est pas tous les jours que les Jeux sont organisés en France. Ce n'est pas tous les jours non plus qu'on peut avoir l'occasion d'y participer !"




Rémi GARRANGER (entraineur du Sporting Cécifoot Schiltigheim et analyste vidéo pour l'Équipe de France)


Raconte-nous ton parcours, comment es-tu devenu l'entraîneur de l’équipe du Sporting Cécifoot Schiltigheim ? "L'élément déclencheur de ma volonté de développer une équipe est un reportage de Canal+ sur l'équipe de France de Cécifoot en 2015. A l'époque, le sélectionneur était alsacien : Lucas Ignatowicz. Lorsque j'ai vu ce reportage, j'ai dit : "je rêve de faire ça" et je savais que rien n'existait en Alsace. Par la suite, j'ai réussi à le contacter (Lucas) et il m'a mis en relation avec Julien Chaussec afin de nous missionner sur la création de l'équipe. Après de nombreux rebondissements et avec l'aide de la Ligue d'Alsace de Football, l'équipe est née au Sporting Club Schiltigheim, club qui nous a ouvert ses portes. Lucas nous a énormément soutenu tout au long de l'aventure, et il me soutient encore aujourd'hui beaucoup dans mes projets. Je lui dois énormément."

Pourquoi avoir choisi cette discipline, comment as-tu connu le mouvement handisport ? "J'ai connu le mouvement handisport par l'intermédiaire de mon premier stage à la faculté des sciences du sport avec Cécilia MUNCH. C'est elle qui m'a donné la fibre handisport ! Le cécifoot est un beau mélange entre ma passion pour le football et ma formation universitaire. Aujourd'hui je peux, avec assurance, affirmer que je suis autant passionné de cécifoot que de football".


Deux joueurs de ton équipe intègrent l’équipe de France, et toi le STAFF, comment réagis-tu face à cette nouvelle ? "J'en suis très heureux et fier. C'est aujourd'hui le fruit du travail de l'ensemble du club et de Benoît et Arona. Ce sont des bosseurs et ils le méritent amplement. À chaque fois que leur nom apparaît dans la liste, j'ai un sentiment de fierté. Mais je l'intègre comme je l'ai toujours fait avec mes précédents projets : avec calme, sérénité et méthodologie. La route est longue et je me concentre maintenant sur le chemin que nous allons tous emprunter."

Comment va se passer votre préparation, et celle du reste de l’équipe du Sporting Cécifoot Schiltigheim ? "Avant Paris 24, l'équipe de France a plusieurs escales : les championnats d'Europe en 2022 et les championnats du monde en 2023. Nous allons donc fixer notre cap et avancer step by step. Concernant Schiltigheim, le championnat de France a enfin repris donc on regagne les bonnes habitudes : on s'entraîne, on récupère et on s'entraîne !" Pour toi, que représente les Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024? "Les jeux, c'est le graal dans notre discipline. Sa rareté est une force (une fois tous les 4 ans) et encore plus lorsqu'on est le pays d'accueil. Les derniers Jeux d'été en France datent d'il y a 100 ans. Ce qui veut dire qu'après Paris 24, je ne serai certainement plus là pour les vivres. C'est indéniablement une chance incroyable!

Notre discipline manque de visibilité et j'ai l'intime conviction que ces Jeux marqueront un nouveau départ"



Nous leur souhaitons une bonne préparation, et avons hâte de suivre leurs prochains exploits ! 🔝🤩 En route pour Paris 2024 😍🇫🇷

130 vues0 commentaire